Religieusement Mode 2




Une fastidieuse bataille culturelle et identitaire fait resurgir les débats entre respects des cultures et droits de la femme. Les demandes communautaires se multiplient. Peut-on faire une mode sans parachute dans un milieu si frondeur? La foi peut-elle s’allier à la féminité ou doit elle suivre une ligne de conduite? 



Scandale sur le podium


Lorsqu’en 1998, le designer chypriote-turc installé en Grande-Bretagne Hussein Chalayan voulait prouver que les codes religieux travestissent la femme et son opposition à l’intégrisme religieux, lors de son défilé printemps-été nommé "Between", il crée le scandale. Sur le catwalk ses mannequins sont en burqas. Les 6 modèles aux postures statiques sont dénués de toute forme d’érotisme. Crescendo, à tour de rôle, les tops sont de plus en plus vêtus. La première est nue avec uniquement un masque pour lui couvrir le visage. Le débat sur le port de la burqa est lancé.  


Le voile, le souffre-douleur de la mode


Le voile est l’un des souffre-douleurs préférés des créateurs au XXIe siècle. En 2003, la rappeuse féministe américaine Lil’ Kim apparaît en couverture du magazine One World à moitié nu et le visage voilé. Un outrage pour les musulmans en colère. La communauté demande alors ses excuses publiques. La pilule a du mal à passer dans les pays non démocratiques où la religion prend la première place. Lady Gaga et le styliste Nicola Formichetti ont choqué la planète avec le clip "Alejandro Trash" produit par Steven Klein. La chanteuse vêtue de latex joue la nonne aux poses suggestives. Pour Paris Match, elle pose en bonne-sœur avec son acolyte Jean Paul Gaultier qui la fesse avec vigueur. 


0 DOUCEURS:

INSTAGRAM